Archéologie de la France - Informations
Connexion

Prospections aériennes sur l’est et l’ouest du département de l’Eure

montrer/cacher les métadonnées

Depuis une vingtaine d’années, les prospections aériennes de la région Haute-Normandie se concentrent essentiellement sur le département de l’Eure en raison d’une meilleure lisibilité des sols par rapport à ceux du département de la Seine-Maritime (Etienne, Annie ; Eudier, Pascal ; Le Borgne, Véronique ; Le Borgne, Jean-Noël. 1999.).

Le repérage visuel est complété par des vérifications de terrain, une consultation des cadastres anciens et récents ainsi que des publications anciennes afin d’éliminer les indices « parasites ».

À partir du millier de sites ou d’indices de sites répertoriés, la recherche s’est organisée autour de thèmes ou de périodes chronologiques symptomatiques du secteur étudié.

Ainsi, une classification des enclos (Le Borgne, Véronique ; Le Borgne, Jean-Noël. 1992.) sur la partie ouest du département, à partir d’un échantillonnage d’environ cent cinquante indices (fig. n°1) met en évidence une similitude du répertoire typologique avec la Bretagne et le pays de Galles.

Le repérage de parcellaires, dont l’analyse reste prudente, et le recensement des voies anciennes contribuent progressivement à une meilleure approche systémique de portions de territoire (Le Borgne, Véronique ; Le Borgne, Jean-Noël. 1994.).

Pour la période antique (Etienne, Annie ; Dumondelle, Gilles ; Eudier, Pascal ; Le Borgne, Véronique ; Le Borgne, Jean-Noël. 1998.), es chercheurs s’attachent à l’analyse typologique des villæ (villa de Dame-Marie, etc.) (fig. n°2) mais également des traces d’habitats plus modestes (Guitry, Civières), des fana (Collandre-Quincarnon, etc.).

Ces dernières années, une attention particulière a été portée sur site du Vieil Évreux. Les survols répétés ont permis de mettre en évidence des bâtiments jusqu’alors insoupçonnés et de compléter le plan établi en 1827 par Revet.

Les périodes médiévales et post-médiévales ne sont pas délaissées. C’est ainsi que certains sites détruits ou disparus, telle la chapelle de Sainte-Colombe-la-Commanderie (fig. n°3), ont été localisés ou redécouverts.

Bibliographie

Figure 1 : Ormes, « Le pré » et « la Bruyère » : Quadrilatère de 200 m x 120 m
Figure 2 : Dame-Marie, Le Trou fondu : Villa
Figure 3 : Sainte-Colombe-la-Commanderie, Ferme de la commanderie : Chapelle